Home Société Kinshasa : Les résidents irréguliers du camp Kokolo sommés de partir

Kinshasa : Les résidents irréguliers du camp Kokolo sommés de partir

5 min read
0
1

C’est ce qui ressort du recensement mené par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) avec l’appui technique et financier de l’Agence nationale de l’aménagement du territoire (ANAT), du 17 avril au 24 juillet derniers, au camp lieutenant-colonel Kokolo situé au centre de la ville de Kinshasa. Le rapport de ce recensement réalisé en marge des travaux de réhabilitation de ce camp a été publié en début de semaine.

Au cours d’un point de presse animé le 25 septembre 2023, la chargée de mission de l’ANAT, Carine Oniemba Amanvumo, a expliqué que le travail réalisé au camp Kokolo va s’étendre dans d’autres camps militaires du pays et s’inscrit dans le cadre de la réforme du secteur de la défense nationale et de l’aménagement du territoire.

« L'ANAT a la supervision technique et financière parce que le gouvernement a mis un budget à notre disposition. Notre rôle c'est de collecter les informations et rapporter la bonne information à qui de droit. Le gouvernement a voulu que cela se fasse de manière participative et inclusive. Nous allons transmettre au gouvernement un rapport avec tous les supports et le gouvernement au moment opportun prendra la décision. Ce que nous savons, ce qui nous a été dit, c'est que le site Camp Kokolo est un site pilote et l'objectif est de couvrir le pays entier », a-t-elle souligné.

Selon les chiffres du recensement, il y a 2470 ménages civils et donc n’ayant pas droit de résider dans un camp militaire, identifiés au camp Kokolo, 10820 ménages militaires, 2455 ménages policiers et 690 ménages pour le personnel civil(travaillant dans le secteur de la défense).

Ce qui a poussé le commandant de la 14 ème région militaire, le général major Stasin Kizimu, à demander aux familles et personnes non militaires de quitter le lieu avant d’y être déguerpies et/ou traînées en justice.

« Je lance un appel pathétique aux irréguliers, aux populations civiles qui habitent le camp que leur place n'est pas dans le camp. On a déjà recensé, on sait qui est qui et donc si un civil constate de lui même qu'il n'est pas appelé à rester au camp, il ferait mieux de partir avant qu'il ne soit appréhendé. Dans le camp en général, particulièrement le camp Kokolo, cette aventure du phénomène locataire devrait prendre fin. Les irréguliers et les Kulunas qui seraient logés par de militaires doivent se soustraire au plus vite parce qu'il y aura des mesures qui seront prises en leur défaveur », leur a-t-il lancé.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Léon Nguwa: «les épreuves endurées par l’UNC en 14 ans d’existence et son leader démontrent que notre destinée sera meilleure »

19 juin 2010-19 juin 2014, l’Union pour la nation congolaise (UNC) a totalisé quator…