Home Economie Mauvaise gestion de l’UPN: Le ministre de l’ESU adoube le rapport de l’IGF

Mauvaise gestion de l’UPN: Le ministre de l’ESU adoube le rapport de l’IGF

9 min read
0
0

Les conclusions du rapport du contrôle de gestion de l’Université pédagogique nationale (UPN) rendu par l’Inspection générale des finances (IGF) font la joie de l’autorité de tutelle, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Muhindo Nzangi.

Dans un communiqué publié jeudi 30 novembre 2023, le directeur de cabinet de ce dernier a certifié la mauvaise gestion mise en charge des gestionnaires de cet établissement public durant la période allant de 2015 à mai 2023 par les inspecteurs des finances.

Dans son rapport de mission, l’IGF a relevé une mauvaise gestion de l’UPN caractérisée par plusieurs faits.

Il s’agit notamment du non-paiement des frais réguliers à la DGRAD, de l’ordrebde 190.225 USD sur les frais de diplôme de l’année académique 2021-2022 ; la perception des frais illégaux en multipliant les caisses dans les facultés et départements ; la non-comptabilisation de 25% des recettes mobilisées par l’Université au cours de l’année académique 2021-2022 et qui sont consommées à la source pour un montant total de 7.470.724.245 CDF ; sorties des fonds du compte n° 2042086876093 de la FBN Bank non justifiées pour un montant total de 5.156.396.114 CDF ; perception des frais illégaux non prévus.

Il a aussi été constaté et confirmé par les inspecteurs des finances que le comité de gestion de l’UPN a minorisé les effectifs des étudiants inscrits pour bouffer des milliers de dollars.

« Minorisation des effectifs des étudiants régulièrement inscrits sur les listes officielles de l'Université, dégageant un écart de 2.502 étudiants ayant payé les frais académiques mais non pris en compte pour l'année académique 2021-2022 », précise le rapport de l'IGF.

Et de renchérir que « cette minorisation des effectifs a eu comme conséquence le non-paiement des quotités sur les frais d’inscription et de minerval dues aux entités externes à l’UPN, prévues dans les instructions académiques pour un montant total de 617.000.000 CDF ».

Mais ce n’est pas tout car, le comité de gestion est accusé également d’avoir consommé à la source des recettes de plus de 7 milliards de francs congolais au cours de l’année académique 2021-2022.

Réaction du ministère de l’ESU

« Le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire a accueilli avec satisfaction les résultats de la mission de contrôle de gestion réalisée à l'Université pédagogique nationale par les inspecteurs de l'Inspection générale des finances. Il se réjouit de constater que l'IGF a confirmé, dans ses conclusions, les faits de mauvaise gouvernance académique, administrative et financière qui ont longtemps caractérisé la gestion de cet établissement d'enseignement universitaire public ».

Le ministre Muhindo Nzangi « salue le travail abattu par l’IGF et invite les gestionnaires de l’UPN à s’approprier les observations formulées, en puisant les solutions innovantes qu’offre aujourd’hui la tutelle pour optimiser la gestion financière et académique, notamment le logiciel OPT-SOLUTION qui fait déjà ses preuves ».

Lire aussi Une des 16 universités viables à recruter en médecine : Université de Tshumbe, un vernis qui cache mal de sérieux dysfonctionnements

En parlant des recommandations, il faut rappeler que l’IGF a recommandé entre autres, la suspension de tous les membres du comité de gestion et saisine de la justice ; la poursuite de l’encadrement des opérations financières dans le but de limiter les dégâts en évitant les dépenses en dehors de l’institution ; fiscaliser l’UPN suivant la lettre numéro 075/PR/IGF/OM086 et 0195/2023 du 31 juillet 2023 de l’équipe de contrôle adressée au Directeur de recherche et assiette fiscale ; demande au ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire de respecter scrupuleusement les dispositions des textes régissant l’ESU sur la nomination du recteur et l’administrateur du budget et ; la fixation des barèmes des rémunérations des mandataires des établissements d’enseignement supérieurs publics.

Désormais, les étudiants de l’UPN ne doivent plus payer les frais illégaux (non prévus par les textes légaux ni contenus dans les instructions du ministre de l’ESU). Les membres du comité de gestion eux, sont contraints de restituer tous les avantages illicites reçus.

L’IGF a aussi recommandé la suppression de la célèbre Coordination de préparation professionnelle (CPP).

Le comité Anastasie Masanga dédouané par Muhindo ?

Toutefois, à la lecture du communiqué précité, il s’avère que l’autorité tutelle continue à soutenir la rectrice de l’UPN. En témoigne cet extrait:

« Il se félicite d'avoir anticipé les choses, en nommant un nouveau comité de gestion dirigé par la rectrice Maponda Anastasie, qui a entamé des réformes courageuses pour instaurer une gestion académique et financière transparente ».

Pourtant, l’actuel comité de gestion a pris ses fonctions en mars 2023 et a donc participé à la mauvaise gestion décriée.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Jean-Claude Baende à Jean-Pierre Bemba: « Je sais Je sais que tu as l’habitude de créer des conflits avec tout le monde »

Entre le député national Jean-Claude Baende et le vice-premier ministre de la Défense nati…