Home Economie Social: Le gouvernement déverse au moins 100 tonnes de farine de maïs à Mbuji-Mayi

Social: Le gouvernement déverse au moins 100 tonnes de farine de maïs à Mbuji-Mayi

9 min read
0
0

La pénurie habituelle de la farine de maïs qui sévit entre novembre et décembre à Mbuji-Mayi, n’aura pas lieu cette année. Le gouvernement de la République, à travers le ministre de l’Agriculture, Me José Mpanda Kabangu, a trouvé une solution conjoncturelle. Il a mis à la disposition de la population du chef-lieu de la province du Kasaï oriental, un premier lot de 100 tonnes de sac de 25 kgs.

Ce stock des denrées alimentaires a été officiellement remis, vendredi 8 décembre 2023, à Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda, évêque du diocèse de Mbuji-Mayi, choisi pour son impartialité, son sérieux et sa crédibilité. Il est chargé de vendre un sac au prix socialement abordable de 30.000 FC dans toutes les paroisses, contrairement au prix actuel au marché de 125.000 FC.

« Cette farine que je viens donner au nom du gouvernement, c’est une farine qui a été destinée par le chef de l’Etat à la population de Mbuji-Mayi. Et nous avons identifié la structure capable de nous aider pour la distribution, c’est le diocèse de Mbuji-Mayi dont vous avez la responsabilité. C’est pour cela que je la remets pour que les différentes paroisses de votre diocèse puissent nous aider à vendre mais à un prix social, le prix que nous appelons le prix de Tshisekedi. Ce prix c’est 30.000FC le sac de 25Kgs. Et pour ceux qui n’ont pas de bourse importante dans leurs ménages, on peut leur vendre à 3.000FC le meka (mesurette de 2,5Kgs, ndlr) », a expliqué Me José Mpanda au prélat catholique.

Le ministre de l’Agriculture l’a rassuré que d’autres lots sont en route vers Mbuji-Mayi et vont incessamment arriver.

Un seul sac par acheteur

Face à la pénurie dans la ville, le gouvernement a estimé qu’il ne fallait pas attendre que tous les lots soient complets, il fallait commencer avec ce premier lot en attendant que les autres arrivent au fur et à mesure.

« Notre souhait que nous vous exprimons c'est que les commerçants ne puissent pas venir acheter, envoyer des gens en vue de créer la spéculation, monter les enchères. Nous voulons la rigueur au niveau des paroisses pour que chacun n’achète qu’un seul sac ou quelques meka pour ceux dont la bourse pose problème », a précisé Me José Mpanda, en promettant de mettre à la disposition du diocèse les véhicules de Bio agro business (B.AB) pour l’acheminement de cette farine dans différentes paroisses de Mbuji-Mayi.
Lire aussi La Serbie disposée à aider la RDC à devenir un pays exportateur de nourritures

De son côté, l’évêque de Mbuji-Mayi s’est dit flatté par cette confiance du ministre Mpanda et de l’honneur fait à l’église de partager avec la population ce don qui vient du président de la République et à travers le gouvernement de la République.

« C’est vrai, nous sommes ici dans une situation où la misère bat son plein, où la famine est vraiment sentie et là, c’est bouffée d’oxygène que vous donnez. En recevant cette farine, nous allons de façon appropriée à travers nos services, l’administrateur du temporel qui est ici, voir comment on va la distribuer dans les paroisses et pouvoir la vendre à la population de façon à ne pas faire les surenchères. Nous en sommes fiers que l’on pense à cette population meurtrie et affamée. Soyez-en sûr, ce que vous allez nous donner c’est dans de bonnes mains et ça sera aussi distribué, vendu comme vous le dites à un prix social », a promis monseigneur Bernard-Emmanuel Kasanda

Il a exprimé le le vœu de voir ce geste d’assistance du gouvernement aux populations de Mbuji-Mayi, une ville enclavée et dépendant alimentairement de l’extérieur, continuer pour alléger un peu cette charge à la population.

Il faut indiquer que la farine de maïs que le gouvernement Sama Lukonde offre à la population de Mbuji-Mayi n’est pas importée. C’est une production de B.A.B, société qui gère le Programme volontariste agricole (PVA), initié par le gouvernement pour booster la production agricole. Ainsi, le lot de farine offert à la ville de Mbuji-Mayi n’est qu’une solution conjoncturelle en attendant celle structurelle et pérenne envisagée par Me José Mpanda dans son approche d’agrobusiness à travers des partenariats publics-privés (PPP) en vue d’accroître la production agricole locale et matérialiser la vision du président de la République, celle de la revanche du sol sur le sous-sol par le renversement de la tendance des importations des denrées alimentaires qui sont à 95% et coutent annuellement à la République au moins 3 milliards USD.

La population de Mbuji-Mayi jubile et remercie le président de la République et le gouvernement pour ce geste.

ALT avec Cellcom Min/Agriculture

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…