Home Sécurité Me Claude Kabi met en garde le néo rebelle Corneille Nangaa : « le peuple t’a à l’oeil et te fera payer ta trahison »

Me Claude Kabi met en garde le néo rebelle Corneille Nangaa : « le peuple t’a à l’oeil et te fera payer ta trahison »

8 min read
0
1

La création par l’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa, d’une nouvelle coalition politico-militaire dénommée « Alliance Fleuve Congo » (AFC), suscite une vague de réactions. Le juriste et analyste politique Batasema Kabi Claude estime que Nangaa n’est que la partie visible de l’iceberg et appelle le peuple congolais à barrer la route à cette énième tentative des ennemis de la RDC d’exécuter leur plan de la balkanisation.

On le sait, depuis ce vendredi 15 décembre 2023, Corneille Nangaa a officiellement pris les armes contre son pays et s’est rallié au M23, supplétif de l’armée rwandaise, qui occupe une partie du territoire national congolais.

Me Claude Batasema Kabi dit qu’il n’est pas étonné par la nouvelle de la création de l’AFC. En analyste politique avérée et éclairée, il relève que depuis plus de deux ans, Corneille Nangaa a affiché une attitude suspecte, en faisant preuve d’un sérieux problème de jugement, lui dont l’intelligence n’était pas mise en question.

« Ses prises de position face à la guerre qui oppose la RDC au M23 soutenu par l'armée rwandaise, son scepticisme sur la tenue des élections le 20 décembre 2023 ou encore ses attaques personnelles contre la personne du chef de l'État sont autant de signes avant-coureurs qui démontrent que l'homme a quitté le droit chemin », analyse-t-il.

Il note qu’au regard de sa composition, l’Alliance Fleuve Congo a l’ambition de contrôler le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et une partie de l’ancienne province Orientale.

« Le prétexte générique aux rebelles, celui de restaurer une gouvernance cohésive dans l’unité et la paix, la refondation d’un Etat qui assure ses responsabilités régaliennes fondées sur les lois et qui rassure la sécurité de tous, avancé par le néo rebelle Nangaa et ses nouveaux compagnons d'armes ne tient pas debout. Il est incohérent qu'un groupe de personnes prétende restaurer une bonne gouvernance à quelques jours des élections auxquelles ils ne prennent pas part volontairement », proteste Me Claude Kabi.

Ce notable du Sud-Kivu soutient que Corneille Nangaa et ses acolytes font une lecture partielle de l’article 64 de la Constitution.

« Ils se bornent à l'alinéa 1 qui stipule que « tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution». Ce qu'ils ignorent, c'est qu'ils tombent sous le coup de l'alinéa 2 du même article qui réprime toute tentative de pouvoir par la force en ces termes: «Toute tentative de renversement du régime constitutionnel constitue une infraction prescriptible contre la nation et l’Etat. Elle est punie conformément à la loi », révèle Me Claude Kabi.

Lire aussi Présidentielle : Le premier uppercut de Fatshi aux «candidats de l’étranger»

Poussant sa réflexion plus loin, ce juriste suspecte un camp politique opposé au président Félix Tshisekedi d’être soutenu par le patron de Nangaa.

« C'est un secret de polichinelle que le Rwanda a son candidat à l'élection présidentielle du 20 décembre en RDC. Le chef de l'Etat l'a dénoncé plusieurs fois tout au long de la campagne électorale. Le même Rwanda a sorti à la face du monde son autre pion, de surcroît un ancien président de la CENI. C'est dire que la RDC est attaquée sur plusieurs fronts. Le peuple connaît maintenant qui est qui et qui il faut voter pour éviter que le pays soit pris totalement en otage », a poursuivi Me Claude Kabi.

Pour lui, il est hors de question de laisser les ennemis de la RDC exécuter leur plan.

« En tant que patriotes, nous faisons bloc derrière le président de la République pour faire échec à ce plan dont Nangaa n'est qu'un des acteurs. Tout se jouera le 20 décembre prochain dans les urnes. Ce jour là, nous allons démontrer que les congolais ne transigent pas avec la souveraineté de leur pays », a-t-il insisté.

Ce, avant de tonner que « plus de dix millions de congolais enterrés à cause de la guerre de l’est, c’est trop et désormais, le Congo ne veut plus enterrer ses filles et fils tués à cause de ses richesses».

Et à Claude Kabi de promettre à Corneille Nangaa ce qui suit: «le peuple t’a à l’oeil. Sache que tôt ou tard, il te fera payer à prix fort ta trahison».

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Léon Nguwa: «les épreuves endurées par l’UNC en 14 ans d’existence et son leader démontrent que notre destinée sera meilleure »

19 juin 2010-19 juin 2014, l’Union pour la nation congolaise (UNC) a totalisé quator…