Home Politique Législatives nationales à Mbuji-Mayi : De vainqueurs écartés au profit de trois députés nommés par Denis Kadima

Législatives nationales à Mbuji-Mayi : De vainqueurs écartés au profit de trois députés nommés par Denis Kadima

14 min read
0
0

C’est un scandale dans le scandale. On le sait, les dénonciations de fraudes électorales ont fusé de partout mais à Mbuji-Mayi, le tripatouillage s’est poursuivi jusqu’à quelques heures de la publication des résultats provisoires par la CENI. Trois des six vrais élus du chef-lieu de la province du Kasaï oriental ont été mis de côté en faveur de trois célèbres inconnus des électeurs, pas élus, qui doivent leur proclamation à leur proximité avec de proches du chef de l’État bien identifiés.

Adèle Kabena, Christian Mudiayi et Florent Ngandu, parce que c’est d’eux qu’il s’agit, sont les surprises désagréables des résultats des législatives nationales à Mbuji-Mayi. Ils sont en réalité les créatures respectivement de Guy Muadiavita, Peter Kazadi et Nicolas Kazadi. On vous explique comment et pourquoi ils n’ont pas gagné les élections et ne méritent pas d’être proclamés députés nationaux.

Depuis la publication des résultats des législatives nationales ça se dit à travers tout Mbuji-Mayi que Guy Kabongo Muadimvita a réglé des comptes à ses adversaires politiques. Ces accusations émanent de partout, y compris de l’Union sacrée, plateforme présidentielle.

On ne parle pas ici de fraude électorale avec de machines à voter pendant le vote, en complicité avec des agents de la CENI mais plutôt des nominations au plus haut niveau de la Centrale électorale. Nomination, c’est le concept qui convient pour parler de la proclamation de Adèle Kabena, Christian Mudiayi et Florent Ngandu.

En effet, selon les résultats publiés par Denis Kadima, les six élus de Mbuji-Mayi se présentent selon l’ordre ci-après: Adèle Kabena Muauka de AADC-A (8.767 voix), Jean Maweya Muteba de l‘UDPS/Tshisekedi (7.108 voix), Alphonse Ngoyi Kasanji de l’AFDC-A (6.945 voix), Tobie Nkongolo Kayumbi de 2A/TDC (6.469 voix), Christian Mudiayi Ngoyi de 4AC (4.276 voix) et Florent Ngandu Ndala de AABG (2.459 voix).

Si pour Jean Maweja, Tobbie Kayumbi et Alphonse Ngoyi Kasanji, il peut y avoir peu de contestations étant donnée qu’ils étaient déjà cités et classés dans le Top 5 dans tous les états-majors de regroupements politiques de l’Union sacrée ayant procédé à des compilations après les élections du 20 décembre, pour Adèle Kabena, Christian Mudiayi et Florent Ngandu par contre, leurs noms sur la liste des élus prouvent noir sur blanc qu’il s’agit là des résultats préfabriqués.

Et, les PV de vote récoltés dans les 878 bureaux de vote de Mbuji-Mayi confirment cette thèse.

Pas étonnant quand on sait que Adèle Kabena est un proche parent du président de la République, Félix Tshisekedi et a été portée à bras le corps par Guy Kabongo Muadiamvita, directeur du Journal officiel. Ce dernier l’utiliserait comme comme fonds de commerce dans ses trafics d’influence auprès de la famille biologique du chef de l’État.

Cette dame de plus de 63 ans, présidente du parti Alliance pour les actions de développement du Congo et alliés (AADC-A) a réalisé, selon plusieurs rapports de compilations de différents regroupements politiques qui se sont livrés à cet exercice, moins de 1.500 voix. Mais le bureau Kadima lui en a accordé 8.767. Miracle. Denis Kadima est le seul à connaître la formule pour fabriquer plus de 7.000.

LIRE AUSSI Fraude électorale : L’étonnante et révoltante absence de Jules Lodi sur la liste des candidats sanctionnés par la CENI

En ce qui concerne Christian Mudiayi et Florent Ngandu, on apprend qu’ ils sont, l’un beau-frère à Denis Kadima, président de la CENI et l’autre cousin à Nicolas Kazadi, ministre des finances.

Bizarrement, depuis un temps, Kadima et Kazadi forment avec Guy Muadiamvita, le cartel de « décideurs des sorts », mieux de ceux qui se font passer actuellement pour des « faiseurs des rois » au Kasaï oriental.

Maurice Tshikuya et José Mpanda extirpés de la liste des vainqueurs

D’après les sources de nos confrères d’Ouragan.cd dans la haute sphère de la CENI, jusqu’avant le match de la CAN qui a retardé la proclamation des résultats des législatives, les noms de Maurice Tshikuya et de José Mpanda figuraient sur la liste des élus de Mbuji-Mayi. C’est dans la longue attente qui a suivi la fin du match entre la Côte d’Ivoire et la Guinée Bissao que Kadima et son équipe se sont permis d’extirper, sur instigation, dit-on, du duo Mvuadiamvita-Kazadi auquel on ajoute quelques influents de l’UDPS, les noms de Tshikuya et Mpanda que tous les rapports de compilations des législatives de Mbuji-Mayi réalisées par les différents états-majors, plaçaient au Top 3.

Alors que les voix compilées sur base des PV de vote authentiques de la CENI attribuent à Tshikuya et Mpanda plus de 10 mille voix à chacun, la CENI leur a accordé respectivement 6.051 et 1.355 voix. De sérieuses ponctions auraient été opérées sur leurs voix pour créer des équilibres chez les candidats provisoirement déclarés, notamment Adèle Kabena, Christian Mudiayi et Florent Ngandu.

Par ailleurs, Me Herbert Tshibanda Kadiediem qui, sur base des PV authentiques de vote de 111 bureaux sur les 878 répartis dans la ville de Mbuji-Mayi, soit moins de 20% de bureaux compilés, avait déjà plus de 3600 voix, s’est vu curieusement attribuer 856 voix. Une autre preuve des magouilles de Kadima.

Ce chef de travaux indique que tous les candidats de la liste A24 ont réalisé une bonne quantité de voix. Dénonçant un règlement des comptes, il promet de saisir la Cour constitutionnelle.

Au regard de ces résultats préfabriqués, on se demande bien si Denis Kadima peut dormir tranquillement et se réveiller comme n’importe quel citoyen congolais. Sauf s’il a un coeur de pierre.

A chacun son mentor

Selon les informations d’alternance.cd, la plupart des six candidats proclamés élus à Mbuji-Mayi l’ont été grâce à leurs mentors. Si Adèle Kabena et Christian Mudiayi ont été fabriqués députés nationaux par Guy Muadiamvita et Peter Kazadi et Florent Ngandu par Nicolas Kazadi, Ngoy Kasanji aurait, après avoir appris la mafia qui se préparait, recouru à Modeste Bahati, autorité morale de l’AFDC-A qui à son tour, aurait menacé de tout déballer s’il ne trouvait pas son compte.

Tobie Nkongolo Kayumbi a de son côté mouillé le maillot pendant la campagne électorale même s’il peut avoir bénéficié du soutien de Jacquemain Shabani, directeur de la campagne du candidat Félix Tshisekedi et responsable du regroupement politique 2A/TDC.

Pour Maweja, il est fort probable qu’il ait été laissé pour éviter d’agiter le bastion de l’UDPS dont il est un incontestable leader à Mbuji-Mayi.

"Dans ce contexte de qui est soutenu par qui pour être proclamé élu, les meilleurs élus de Mbuji-Mayi, José Mpanda et Maurice Tshikuya se sont retrouvés sans mentor. La messe était en réalité dire en Afrique du Sud où séjournait une délégation de l'UDPS pour une réunion avec de responsables de l'ANC", a révélé une source digne de foi à alternance.cd.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le Syeco plaide auprès de Judith Suminwa pour la bonne gouvernance des fonds alloués à l’EPST

La première ministre, Judith Suminwa Tuluka, poursuit ses consultants en vue de la formati…