Home Sécurité Attentat à Goma: l’ire de Judith Suminwa

Attentat à Goma: l’ire de Judith Suminwa

4 min read
0
0

Plus de dix personnes dont des enfants ont perdu la vie, ce vendredi 3 mai 2024, dans des bombardements du camp de déplacés Mugunga, situé dans la périphérie de Goma. En réaction, la première ministre, Judith Suminwa Tuluka, se dit en colère et indignée.

Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, pleure encore des morts. Des terroristes de la coalition M23/RDF ont ciblé avec de bombes le camp des déplacés de Mugunga.

Selon le porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant-colonel Guillaume Ndjike, les terroristes du M23 et leur alliés rwandais ont lancé des bombes dans ce camp des réfugiés en représailles aux offensives lancées par les FARDC, qui ont permis notamment la destruction de leurs munitions et dépôt d’armement.

Pour sa part, la première ministre se dit déterminée à défendre et à pacifier le pays.

« Colère et indignation face à cette attaque lâche et barbare survenue au camp de déplacés de #Mugunga. Ces actes terroristes contre nos concitoyens innocents sont inhumains et injustifiables. En tant que nation, nous ne céderons pas à la terreur. Notre determination demeure intacte et inébranlable pour un #Congo uni, pacifié et prospère. Mes pensées accompagnent les victimes, les familles endeuillées ainsi que le peuple congolais », a écrit Judith Suminwa Tuluka sur son compte X, ancien Twitter.

Sa détermination ne peut pour l’instant rester qu’à l’écrit étant donné que les gourmands politiques ne lui ont pas encore permise de composer et de mettre en place son gouvernement pour commencer le travail.

Par ailleurs, dans un communiqué, la cheffe de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (MONUSCO), Bintou Keita, a condamné cette attaque et rappelé aux belligérants leurs obligations, en vertu du droit international, de protéger et préserver la vie des populations civiles en toutes circonstances.

La représentante du secrétaire général de l’ONU en RDC exhorte les autorités congolaises à traduire en justice les auteurs de ces actes, qui constituent selon elle, de crimes de guerre et une violation flagrante des droits de l’homme ainsi que du droit international.

Jean Pérou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Sécurité dans l’est: échangé téléphonique entre Félix Tshisekedi et le président Polonais

La journée du vendredi 24 mai 2024 a été très diplomatique et chargée pour le président Fé…