Home Société Kinshasa: La pénurie de carburant, une aubaine pour des taximans malhonnêtes

Kinshasa: La pénurie de carburant, une aubaine pour des taximans malhonnêtes

5 min read
0
0
fardc 1 min

La pénurie de l’essence et les difficultés de transport qu’elle a entraînées constituent une aubaine pour certains conducteurs de taxis et taxis bus à Kinshasa. Profitant de la rareté des véhicules commis dans le transport en commun, ils doublent ou triplent les prix des courses et/ou recourent à la pratique du demi-terrain au grand dam des passants, qui sont dépouillés de leur argent.

Un reporter d’alternance.cd a fait une expérience amère, en se rendant, jeudi 8 septembre 2022, aux Plateaux de Bateke dans la commune de Maluku.

Pour un trajet qui coûte en temps normal 10.000 FC (aller-retour), soit 5 dollars américains, il a dû payer 22 000 FC, soit 11 dollars américains. La faute aux conducteurs de taxis qui ont justifié cette augmentation par la rareté de l’essence.
Dans certains arrêts de bus, à l’instar du quartier 1 dans la commune de N’djili, sur le boulevard Lumumba, chaque taximan fixe le prix en fonction de ses humeurs et du nombre de passagers qui se présentent devant son taxi. Ainsi, le prix de la course par taxi quartier 1-Kinkole fixé habituellement à 1500 FC en temps normal se négocie jusqu’à 4000 FC.

La situation est pire pour ceux qui font Kinkole-Mbakana car, ici, le prix du taxi est passé de 2500 FC à 7000 FC.

Lire aussi Kinshasa : Fatshi a besoin d’un bilan, Ngobila lui présente un parti politique

Très loin de là, les motocyclistes exploitant les avenues environnantes au rond point des Huilleries volent littéralement les passants en demandant deux ou trois fois plus que le prix habituel.

Dans le viseur de la police

Pour tenter de changer la donne, le commissaire divisionnaire adjoint de la police dans la ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo Kitengie a prévenu les taximans et motocyclistes que des éléments de la police seront déployés pour traquer les récalcitrants.

« Nous allons envoyer nos agents sur le terrain pour arrêter tous les récalcitrants. Ceci est un avertissement, je demande à vos associations, ACCO, et les autres là de conscientiser les chauffeurs de façon qu’ils obéissent, qu’ils ne profitent pas du malheur des autres. Au contraire, ayons de la compassion entre nous. C’est une difficulté d’ordre mondial, ça va passer. Le ministre l’a dit. Tu augmentes le prix en le multipliant par 4 ou par 5 sur base de quoi ? Tu agis comme si l’Etat n’existait pas. L’Etat existe bel et bien, tu seras arrêté, filmé et ton véhicule paiera de lourdes amendes », a annoncé le numéro un de la police dans la ville de Kinshasa sur Radio Okapi.

Malheureusement, jusqu’à ce vendredi 9 septembre, les prix de taxis bus, taxis et taxis motos sont toujours en hausse. Et, dans beaucoup de coins, les policiers n’ont pas encore été déployés comme promis pour traquer les taximans et motocyclistes qui volent leurs clients.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: Le gouvernorat de Kinshasa au centre d’une bataille entre Turcs et Indo-Pakistanais

A quelques heures de la fermeture des Bureaux de réception et de traitement des candidatur…