Home Politique Les leaders de l’opposition au chevet de victimes de la marche réprimée par la police

Les leaders de l’opposition au chevet de victimes de la marche réprimée par la police

5 min read
0
0

Martin Fayulu, Matata Ponyo, Moïse Katumbi et Delly Sessanga se sont rendus, ce lundi 22 mai 2023, à Olympic Hospital, où sont internés certaines victimes de la marche de l’opposition du samedi 21 mai. Ils leur ont témoigné de la compassion et du réconfort.

Les militants de l’Engagement pour la citoyenneté et le développement(Ecidé), Leadership et gouvernance pour le développement (LGD), Ensemble pour la République (Ensemble) et de Ensemble de volontaires pour le redressement de la RDC (Envol) ne regretteront jamais d’avoir choisi de marcher aux côtés de leurs leaders pour dire non à la vie chère, à l’insécurité et au processus électoral chaotique au pays.

Ceux d’entre eux qui ont été blessés ont été pris en charge par les organisateurs de la marche.

C’est ce qu’a annoncé Matata Ponyo au sortir de la visite des patients internés à Olympic Hospital dans la commune de Lingwala.

« Nous sommes venus visiter nos militants qui étaient avec nous à la marche, qui ont été violemment attaqués par la police sans tenir compte de l’état physique de ces citoyens, qui voulaient manifester contre la vie chère, contre l’insécurité ainsi que le processus chaotique des élections. La population en a marre aujourd’hui. Malheureusement, le pouvoir sachant que la ville de Kinshasa allait marcher en harmonie avec l’ensemble du pays contre l’injustice, contre la vie chère, a envoyé de gens pour empêcher cette marche. Malheureusement, on a vu même de personnes qui ne sont pas encore majeures, qui étaient en train soit de rentrer de l’école, soit en train d’aller au marché… molestées, violentées… il y en a même qui ont reçu de balles. Nous avons cette responsabilité comme vous nous voyez ici, de venir compatir avec nos concitoyens », a déclaré le président national du LGD.

Sur place, ils ont échangé avec des blessés et avec le personnel médical de cet établissement hospitalier.

Lire aussi

S’agissant du jeune mineur molesté par un groupe de policiers et dont la vidéo a suscité de vagues, Delly Sessanga a indiqué qu’il a été amené de force dans un autre centre médical où il serait gardée par des éléments de la Garde républicaine.

De quoi pousser le leader de l’Envol à interpeler le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur et sécurité, Peter Kazadi sur la responsabilité du gouvernement dans ces violences.

JPK

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Contrat léonin à la MIBA: Une société sans représentation en RDC obtient l’exclusivité de la production

Quelques semaines après l’installation des nouveaux membres du Conseil d’admin…