Home Nation RDC: Me Claude Batasema préconise la création d’un fonds permanent pour la gestion des catastrophes

RDC: Me Claude Batasema préconise la création d’un fonds permanent pour la gestion des catastrophes

5 min read
0
0

Environ trois cent morts, plus de quarante-trois mille habitations détruites, plus de mille trois cent écoles, centres de santé et marchés détruits ou encore deux cent mille hectares de champs détruits. C’est le bilan des inondations de ces derniers jours en République démocratique du Congo. Elles ont touché au total treize provinces plus la ville de Kinshasa. Ces dégâts rallongent la liste des pertes en vies humaines et des biens matériels enregistrées depuis quelques années au pays suite aux catastrophes naturelles. Face à la multiplication des drames, l’analyste politique , Me Claude Batasema Kabi, encourage le gouvernement à renforcer ses capacités d’intervention et d’assistance aux sinistrés et à multiplier les activités de sensibilisation sur le respect de fonds non servants.

Presque chaque année, la RDC compte de morts de suite des éboulements de terres, éruptions volcaniques, épidemies, inondations et bien d’autres catastrophes naturelles.

Chaque fois ou presque, on entend des victimes survivantes se plaindre soit de la lenteur du secours, soit de l’absence de celui-ci ou de la modicité de l’assistance.

Tout en saluant les efforts fournis par les autorités pour venir en aide aux victimes, Me Claude Batasema Kabi estime qu’on peut bien se préparer pour faire mieux dans l’avenir.

Il suggère au gouvernement de créer un fonds permanent susceptible de répondre à tout moment et à toute éventuelle catastrophe qui frapperait une partie du territoire national.

"Ce fonds permanent devra certes être alimenté par l'Etat, explique-t-il, mais il pourra compter aussi sur la solidarité de la communauté nationale et internationale".

LIRE AUSSI L’OVG blindé pour une gestion efficace des risques volcaniques : Mission accomplie pour José Mpanda à Goma

A la question de savoir si un tel établissement public ne va pas empiéter sur les prérogatives du ministère en charge des actions humanitaires, il répond que le ministre ne gère pas l’argent mais est une autorité politique sectorielle.

"Il n'y a aucun mal à ce que ce Fonds permanent à créer soit placé sous tutelle d'un ministère ou dépende directement du président de la République. L'essentiel est qu'il y ait un fonds permanent, alimenté et dont les gestionnaires seront suffisamment aguerris pour apporter l'assistance nécessaire aux victimes des catastrophes et/ou sinistres en un temps record ", précise Me Claude Batasema Kabi.

A noter qu’il existe une Caisse de Solidarité Nationale et de Gestion Humanitaire des Catastrophes, (CSN-GHC) créée en 2021, mais qui peine à apporter de solutions rapides et adaptées aux survivants des catastrophes naturelles.

Censée être le mécanisme du gouvernement pour mobiliser les ressources qui devraient soutenir la réponse humanitaire à travers des actions sur terrain, cette caisse semble compter seulement sur les allocations du gouvernement en lieu et place de développer des mécanismes en interne et en externe pour mobiliser les ressources susceptibles d’aider le gouvernement de la République à répondre en temps réel, avec efficacité lors des crises humanitaires et catastrophes naturelles.

Junior Lomanga

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Diplomatie: Christophe Lutundula reçoit les copies figurées des lettres de créance des nouveaux ambassadeurs d’Iran et de Guinée Conakry

Le vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères et Francophonie, Christophe Lut…