Home Economie Agriculture: José Mpanda lance la récolte de 14 mille tonnes de maïs dans le Haut-Katanga

Agriculture: José Mpanda lance la récolte de 14 mille tonnes de maïs dans le Haut-Katanga

8 min read
0
0

C’est la quantité du maïs attendue dans la ferme de la société Terra. Le ministre de l’Agriculture, Me José Mpanda Kabangu a lancé, mercredi 7 juin 2023, la récolte de maïs de cette ferme située à un peu plus de 90 kilomètres de Lubumbashi, sur la route Kasenga, dans le village Lubunda.

Qui a dit que ce sont seulement les fermiers zambiens et sud-africains qui avaient de maïs à vendre au Grand Katanga? La société Terra, avec ses 2000 hectares dans sa concession du village Lubanda attend 7 tonnes par hectare.

Après avoir visité la vaste étendue du champs, le ministre de l’Agriculture a exprimé sa satisfaction et s’est dit émerveillé par la mécanisation de l’agriculture dans cette concession.

« Moi, j’encourage, vous êtes vraiment dans la mécanisation de l’agriculture. Ce que j’ai vu et ce que vous faites, vous êtes éligible », a déclaré José Mpanda qui veut, dans le cadre de partenariat public-privé (PPP), avec un contrat d’agrégation avec la société Terra en vue de créer un hub agricole avec les petits agriculteurs.

Pour la saison A qui s’annonce au mois de septembre, la ferme Terra qui dispose de 10 mille hectares, envisage d’exploiter 3 mille hectares pour produire prochainement 21 mille tonnes de maïs. Les travaux de dessouchage sont déjà entrepris et avancent bien.

Lire aussi

Seulement, Mme Gracia Kabanga, chargée du développement du business de Terra a présenté au ministre José Mpanda quelques difficultés que rencontre la société, lesquelles sont liées à l’environnement fiscal et parafiscal qui asphyxie leur activité.

« On est vraiment intéressé par votre visite. Vous devez mettre l’environnement nécessaire pour que ça marche. On a tout, on a le sol, on a la force, on a le climat. Mais ce qui nous manque pour le moment c’est l’environnement fiscal et parafiscal propice qui nous permette d’exploser. Nous, entant que producteur, ça ne nous arrange pas de voir le prix de la farine à 25 ou 30 USD sur le marché. Notre but c’est d’avoir un prix sur le marché avec une marge raisonnable pour que le consommateur ait aussi la facilité d’avoir le produit à un prix raisonnable », a expliqué la Haute chargée du développement du business de Terra en sollicitant un plaidoyer du ministre José Mpanda auprès du gouvernement. Chose que ce dernier a promis de faire.

Après la visite de la ferme, le ministre de l’Agriculture a été ensuite amené à la minoterie African Milling à Lubumbashi où le maïs produit à Lubanda est transformé en farine. C’est une gigantesque minoterie capable de produire 336 tonnes de sacs de farine par jour, et qui dispose de 6 grands silos avec la capacité de stockage de 36 mille tonnes de maïs grains, mais aussi d’un entrepôt avec une capacité de stockage de 40 mille tonnes.

D’après M. Rahim, propriétaire de la société Terra, cette farine est vendue à 17 dollars le sac, soit moins de 40 mille francs congolais à Lubumbashi.

Lire également

Le ministre José Mpanda a clôturé sa visite par CongOeufs où sont élevées les poules pondeuses. Elles sont au moins 300 mille et produisent au moins 180 mille œufs par jour qui sont déversés sur les marchés du Haut-Katanga, du Lualaba et au Kasaï.

Il faut dire que Terra, African Milling et CongOeufs constituent une plate-forme agricole intégrée avec zéro déchet dans le processus de production étant donné que les sous-produits de l’une deviennent la matière première pour l’autre. C’est-à-dire que Terra la ferme produit du maïs qui est transformé à la minoterie African Milling (lire may ling) ; la minoterie produit de la farine et du son de maïs. Le son de maïs à son tour est une des matières premières pour la fabrication de l’aliment pour les poules pondeuses. Les pondeuses produisent de la fiente qui est utilisée comme engrais organique à la ferme Terra pour amender le sol. Donc, c’est un système vertueux d’économie circulaire et de développement d’une chaîne de valeur du maïs que M. Rahim a construit.

Il sied de rappeler qu’avec la société Terra, le ministère de l’Agriculture voudrait avoir un partenariat public-privé, PPP, en vue d’accomplir la vision du président de la République, celle de la revanche du sol sur le sous-sol.

ALT avec Scooprdc.net

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…