Home Société RDC: Appel à l’action pour la promotion de la justice reproductive(Opinion)

RDC: Appel à l’action pour la promotion de la justice reproductive(Opinion)

12 min read
0
0

Lettre ouverte du Mouvement Youth Sprint

Mr, Mme, Excellence, Honorable,

Comme vous le savez, l’Afrique subsaharienne offre un tableau sombre des risques liés à la santé de la reproduction. Dans cette région, 92 % des femmes en âge de procréer vivent dans des pays où l’accès à l’avortement est restreint ou pénalisé. Cela ne fait pas qu’augmenter le nombre d’avortements à risque, mais perpétue également la nature clandestine et dangereuse de la procédure. En effet, on estime à 6,2 millions, le nombre d’avortements pratiqués dans des conditions non sécurisées chaque année en Afrique subsaharienne. Ce qui représente 77% de toutes les procédures de ce type dans la région. Avec particulièrement, les taux de mortalité maternelle en République Démocratique du Congo (RDC) sont parmi les plus élevés au monde, avec 846 décès maternels pour 100 000 naissances, les avortements pratiqués dans des conditions non sécurisées contribuant de manière significative à cette statistique tragique.

Ces dernières années, le pays a fait de grands progrès en matière des droits de santé sexuelle et reproductive des femmes et jeunes filles congolaises. En effet, la ratification en 2008 du Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, relatif aux Droits de la Femme en Afrique dit « Protocole de Maputo » et ensuite sa publication dans le Journal Officiel, en 2018 offre à la RDC l’opportunité de renforcer le cadre légal interne, de faire évoluer les normes sociales parfois rétrogrades et avilissantes en ce qui concernent les droits des femmes.

Cependant, en dépit de ces progrès, la COVID-19 ainsi que les conflits armés à l’Est de la RDC ont entraîné un effondrement complet du système de santé et ont contribué à la précarisation de la situation sanitaire dont les femmes, les jeunes filles et les enfants sont les plus affectés. Nous, jeunes du Mouvement Youth Sprint – réunissant 23 organisations actives de la société civile, reparties à travers les différentes provinces du pays et représentant plus de 1000 jeunes activistes – sommes attristés de voir les droits des femmes bafoués en dépit des instruments légaux en vigueur.

Ensemble pour une justice reproductive

Alors que nous célébrons la Journée Mondiale pour la Dépénalisation de l’Avortement, ce 28 septembre 2023, nous, jeunes du Mouvement Youth Sprint, nous joignons aux activistes de tout bord qui se mobilisent pour défendre le droit à l’avortement sécurisé. Et ceci est de toute importance car le non-respect de ce droit oblige certaines femmes à recourir à des avortements « clandestins » menés dans des conditions sanitaires dangereuses. Ces avortements « clandestins » alimentent la mortalité maternelle à la hauteur d’environ 30% en RDC et constituent la deuxième cause de mortalité maternelle après l’hémorragie.

Le droit à l’avortement est un droit fondamental, inhérent à celui de disposer librement de son corps. Il est indispensable pour parvenir à l’égalité de genre et doit pouvoir s’exercer dans des conditions de sécurité, de respect et de dignité satisfaisantes.

La Journée Mondiale pour Dépénalisation de l’Avortement est une occasion de rappeler aux gouvernements, parlement, donateurs ainsi que partenaires technique et financiers, et à toutes les parties prenantes, la nécessité de créer un environnement favorable à l’accès des femmes aux soins complets d’avortement en améliorant les lois y relatives, en mettant fin à la stigmatisation et à la discrimination à l’égard des femmes qui recourent à l’avortement, dans le but de réduire le taux de mortalité maternelle lié aux avortements clandestins.

Cet appel à l’action vise à créer un environnement légal, communautaire et religieux favorable, permettant à la femme de jouir de son autonomie corporelle et de ses droits sexuels et reproductifs.

Nous saluons également les efforts entrepris par le gouvernement congolais et les autres institutions du pays notamment le Conseil Supérieur de la magistrature pour les efforts remarquables accomplis dans l’assainissement de l’environnement juridique et sanitaire relatifs à l’accès aux soins complets d’avortement aux filles et femmes en RDC, bien qu’il y ait encore des défis à relever.

Ainsi, nous, les jeunes du mouvement Youth Sprint, demandons au gouvernement congolais, aux politiques, autres institutions du pays, aux donateurs, aux partenaires technique et financiers et à toutes les parties prenantes plus d’engagement et d’actions concrètes afin de promouvoir et de protéger les droits de santé sexuelle et reproductive des femmes et des jeunes filles en RDC.

Concrètement, les jeunes du mouvement Youth Sprint demandent au gouvernement, parlement et aux autres institutions du pays de :

Poursuivre le processus de dépénalisation de l’avortement en harmonisant le code pénal congolais au Protocole de Maputo et à veiller à l’application stricte des prescrits de l’article 14 alinéa 2.c du Protocole de Maputo,
Intégrer les soins complets d’avortement dans la stratégie nationale de couverture santé universelle,
Intégrer les différentes composantes de l’éducation sexuelle complète dans le curricula scolaire afin d’aider les adolescents à prendre des décisions éclairées sur leur sexualité,
Ne pas interpeller judiciairement les prestataires qui offrent les soins complets d’avortement ou les femmes qui y recourent. Car personne ne devrait être emprisonné pour avoir eu recours à l’avortement ou pour avoir donné accès à un avortement médicalisé.
Aux donateurs, nous, jeunes du Mouvement Youth Sprint, demandons de :

Continuer à fournir des financements équitables et flexibles qui tiennent compte des récents progrès légaux en matière d’accès à l’avortement sécurisé en RDC,
Encourager les programmes de santé de la reproduction qui sont centrés sur les droits et la justice reproductive,
User des voies diplomatiques pour plaider auprès des autorités congolaises, en faveur d’une véritable justice reproductive en RDC.
Aux partenaires techniques et financiers, nous, jeunes du Mouvement Youth Sprint, recommandons de :

Garantir l’implication des jeunes dans la mise en œuvre des programmes de santé de la reproduction (co-création, planification participative) ; car ce qui est fait sans nous, est fait contre nous,
Améliorer la collaboration avec les organisations, réseaux, coalitions, mouvements dirigés par les jeunes.
Tout en vous remerciant pour votre acte d’engagement, veuillez accepter Madame, Monsieur, Excellence, Honorable, à vos titres et qualités respectifs, l’assurance de notre haute considération.

Les jeunes du Mouvement Youth Sprint

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: ce que l’on sait de l’attaque de la résidence de Vital Kamerhe ce dimanche

La résidence du vice-premier ministre sortant de l’Economie nationale, située dans l…