Home Nation Le nouveau PCA de l’ONAPAC incitateur des troubles perpétrés par des jeunes de l’UDPS à Mbuji-Mayi

Le nouveau PCA de l’ONAPAC incitateur des troubles perpétrés par des jeunes de l’UDPS à Mbuji-Mayi

6 min read
0
0

Tiré de Scooprdc.net

La ville de Mbuji-Mayi s’est réveillée ce samedi 05 août 2023 sous la tension créée par des jeunes de l’UDPS, déterminés d’en découdre avec le ministre de l’Agriculture, Me José Mpanda, accusé à tort de bloquer l’ordonnance nommant les mandataires de l’ONAPAC, structure sous sa tutelle.

Ces jeunes de l’UDPS estiment que Me José Mpanda en veut particulièrement à Me Muke Mukengeshayi, vice-président de l’UDPS, nommé PCA de l’ONAPAC. Et dans leur rage, ces jeunes instrumentalisés par ce dernier se sont rendus au siège de l’Interfédéral de Congo Espoir, parti dont Me José Mpanda est autorité morale, dans la commune de la Muya, puis au siège de sa Fondation Mpanda wetu dans la commune de Diulu. Objectif : saccager et mettre le feu sur ces deux infrastructures. Heureusement, la police est intervenue pour éviter le pire. Bilan : un peu de casses, des blessés y compris deux policiers acheminés à l’hôpital.

Cet acte prémédité de vandalisme intervient un jour après qu’un groupe de jeunes par la bouche de Junior Yalombe, président de la Ligue des jeunes de l’UDPS/Fédération de Mbuji-Mayi ait fait une déclaration menaçant le ministre Mpanda de s’exécuter dans 48 heures en notifiant Me Muke Mukengeshayi, faute de quoi ils allaient le corriger.

Junior Yalombe, président de la Ligue des jeunes de l’UDPS/Mbuji-Mayi, meneur des troubles

Mais il est regrettable qu’une telle instigation de violence émane de cet avocat nommé PCA de l’ONAPAC, censé bien maîtriser le droit administratif. La compétence du ministre José Mpanda étant liée, lui-même doit être notifié de l’acte administratif qu’est l’ordonnance du chef de l’Etat avant de notifier aussi les nominés. Autrement dit, ce n’est pas parce que les ordonnances du président de la République sont lues à la télévision que les ministres sectoriels signent directement les notifications pour les nominés. Il y a une procédure administrative à suivre qui consiste à ce que ces ordonnances soient transmises officiellement par courrier aux ministres concernés par le directeur de cabinet du président de la République. Ce qui n’est pas le cas pour le ministère de l’Agriculture.

Ce retard peut se justifier, d’après les informations parvenues à Scooprdc.net par le fait que le directeur général de l’ONAPAC, à peine nommé, a désisté pour ses raisons politiques. Ceci exigeait normalement qu’une autre ordonnance soit prise par le chef de l’Etat et cela ne relevait de son pouvoir discrétionnaire. Faudra-t-il que le ministre Mpanda lui force la main parce que Muke Mukengeshayi veut occuper rapidement son poste ? Quel intérêt le ministre Mpanda a, à bloquer l’ordonnance présidentielle quand son parti Congo Espoir en est aussi bénéficiaire avec un membre au Conseil d’administration ? Comment le nouveau PCA de l’ONAPAC, vice-président de la Ligue des jeunes de l’UDPS, de surcroît avocat, ne peut-il pas maîtriser ces petites choses qui interviennent après les nominations par le président de la République ? Ce qui est vrai, Me Muke Mukengeshayi a joué le jeu des détracteurs de Me José Mpanda au sein de l’UDPS/Mbuji-Mayi, notamment les députés nationaux en véritable perte de vitesse politique, qui ont même financé les actions de ces jeunes.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le combat de dignité du Dr Denis Mukwege en faveur de la femme congolaise à travers la réparation de la fistule et du prolapsus dans des villages enclavés

Dans les contrées reculées et les villages isolés de la République démocratique du Congo, …