Home Politique Présidentielle : A Bukavu, Denis Mukwege fait un focus sur son projet de société

Présidentielle : A Bukavu, Denis Mukwege fait un focus sur son projet de société

12 min read
0
0

Le Dr Denis Mukwege est à Bukavu dans le cadre de sa campagne électorale. Il a tenu un meeting géant, au cours duquel il a expliqué les grands axes de son projet de société.

Son avion a atterri à l’aéroport de Kavumu, situé dans le territoire de Kabare, en provenance de Kinshasa, à 14h ce samedi 25 novembre 2023. En blouse blanche, tenue symbolique du prix Nobel de la paix, il a commencé par saluer le public venu l’accueillir sur le tarmac. Le réparateur des femmes a ensuite pris la direction de Bukavu en faisant les pieds, avant de prendre les véhicules pour continuer la route.

Chemin faisant, il s’est arrêté à Miti et Mudaka pour saluer la population qui l’attendait, tout en marchant avec elle. Arrivé à Bukavu, il a communié avec la population sur la place du 30 juin.

Le candidat Président de la République a d’abord présenté les candidats députés nationaux et provinciaux des huit territoires de la province du Sud-Kivu ainsi que de la ville de Bukavu, alignés sur la liste de l’Alliance des congolais pour la refondation de la nation (ACRN), le regroupement qui le porte. Son speech a été essentiellement focalisé sur les douze piliers qui composent son projet de société.

A cet effet, il a brossé au public la situation qu’il a traverséd lorsqu’il a commencé son travail de docteur. Il s’agit notamment de la situation de l’insécurité et des cas des violences sexuelles récurrentes qui continuent à sévir en République démocratique du Congo jusqu’à présent. Avec ses dénonciations et celles de la société civile, les Nations unies ont publié le rapport mapping. Et il pensait que la situation allait s’améliorer puisque c’est un travail de la société des nations elle-même.

Mais ce n’était pas le cas. C’est ainsi qu’il a commencé à sillonner le monde pour réclamer justice en faveur des victimes.

« Je suis arrivé presque partout dans le monde pour réclamer la justice pour les congolais. J’ai usé de toute mon intelligence pour trouver justice. Mais partout où j’arrivais, on me disait : tu es membre de la société civile, tu n’es pas mieux placé pour réclamer justice. Pour y arriver le Conseil de sécurité dit que c’est tout simplement un plaidoyer que vous devez faire », a-t-il relevé.

Il a poursuivi en ces termes: « J’ai essayé avec le régime passé mais ce n’était pas possible. Avec l’actuel régime, j’ai eu des promesses, mais ça ne s’est pas concrétisé ».

Lire aussi Présidentielle : Six candidats dont Mukwege et Diongo accusent Ngobila de les priver des services d’affichage public

Et d’ajouter: « Et j’ai commencé à me demander, comment je peux demander ce que moi-même je peux réaliser ? ».

Pour Dr Denis Mukwege, cette guerre a atteint un niveau incommensurable. La souffrance dépasse tout entendement. Et c’est comme si la population est déjà habituée avec cette situation.

Il a raconté qu’on lui répondait que si tu étais président, on allait t’écouter.

"Si vous me donnez le mandat, la première chose que je ferai à l’ONU, c’est de leur dire qu’aujourd’hui je suis le représentant des Congolais. Dites-moi si vous n’allez pas m’écouter. Je vais leur demander en premier lieu, de rendre justice aux congolais. Et s’ils refusent, cela veut dire qu’on ne nous considère pas comme être humain. Et en ce moment-là, tout congolais saura comment marcher".

C’est pourquoi il a décidé de mordre à l’hameçon de ses amis professeurs.

« Je ne ferai pas de carrière politique. Mais remplir ma mission pour la sécurité », a-t-il assuré.

La guerre a tout bloqué

Dans son projet de société, la paix et la sécurité sont les racines. Parce qu’on ne peut rien faire dans l’insécurité.

"Si je deviens président de la République, je veillerai à ce qu’il y ait une armée restructurée et modernisée. L’armée a l’unique objectif de protéger les frontières du pays. Nous ne voulons plus que les autres pays viennent se régler le compte dans notre pays. Nous pensons qu’il faut une réforme de l’armée. Nous voulons une armée organisée ; la police qui sécurise la population ainsi qu’un service de renseignement qui n’est pas seulement là pour apprendre qu’on a pris une portion du pays. Je veux une armée à trois têtes entre autres les vigiles militaires c’est-à-dire ceux qui seront placé aux frontières. La police et services de renseignement. Aujourd’hui à cause de manque de moyens, on nous dit il a été tué par des personnes non autrement identifiées. Ce qui cause l’impunité. Un pays sans justice n’en n’est pas un. Autre chose, ce sont les services de renseignement. La réforme de la sécurité va permettre de savoir ce que nous avons et n’avons pas. Nous ne voulons pas une armée tribale, mais celle qui sera créée par les 145 territoires pour avoir une armée patriotique. Ce sont les patriotes qui vont entrer dans cette armée. C’est la priorité pour la paix dans notre pays. Et du côté de la communauté internationale, nous avons de près d’une centaine de groupes armés avec l’EAC et on cherche la SADC. Que toutes ces armées rentrent chez eux. Que les Congolais arrivent à se défendre en se prenant en charge. La dernière chose c’est de faire que les soldats bénéficient de tous leurs droits. Les autres vont suivre cette priorité", a-t-il déroulé.

Ce, avant d’enchainer que:

"Le tronc de cet arbre c'est que tous ceux qui vont sortir des groupes armés, nous avons le programme de démobilisés, désarmés qui seront placés dans les villages agricoles dans le cadre des projets des zones agricoles à travers tous les pays. Ce sera organisé comme une armée. Nous allons faire de cela une urgence alimentaire. La sève c’est l’éducation, notamment professionnelle".

Le candidat président de la République numero 15 a soulevé l’épineuse question du critère de cinq ans d’expérience professionnelle qu’on demande aux jeunes.

"Les branches c’est d’abord l’administration. Le manque de transparence, de planification, de gestion On cherche d’avoir une bonne gouvernance", a rétorqué Dr Denis Mukwege.

C.P.

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Encadrement des recettes et dépenses de l’État: Félix Tshisekedi instruit Judith Suminwa de se servir utilement des recommandations de l’IGF

Près d’un mois après la fin des missions d’encadrement dans les entreprises et…