Home Société Autonomisation de la femme: La RDC, une mauvaise élève au Comité Technique Spécial de l’Union Africaine

Autonomisation de la femme: La RDC, une mauvaise élève au Comité Technique Spécial de l’Union Africaine

6 min read
0
0
autonomisation de la femme

La troisième réunion du Comité Technique Spécial (CTS) sur l’égalité des hommes et des femmes et l’autonomisation des femmes, de la commission de l’Union Africaine s’est tenue du 10 au 11 mai 2018 à Addis-Abeba. Si la République démocratique du Congo a été désignée comme membre du comité technique spécialisé genre de cette instance panafricaine, elle figure dans la liste des pays où le taux d’inégalité entre les genres est considérable.

Sur les 18 ministres présents et les délégations de 47 Etats membres représentés, les  efforts déployés par les pays africains  pour accélérer l’autonomisation des femmes à tous les niveaux de la société notamment au sein des foyers et de la communauté, dans les domaines de la santé, éducation, en matière de la participation politique et de leadership ont été passés en revue.

Ainsi, 11 Etats ont été félicités par la Commission de l’Union Africaine pour avoir réalisé des progrès notables en la matière. De leur côté, la Côte d’Ivoire, l’Algérie, l’Ethiopie, la Mauritanie, la Maurice, la Namibie, le Rwanda, le Sénégal, les Seychelles, la Tunisie et la Zambie ont été complimentés pour avoir présenté leurs rapports dans les délais prescrits par l’institution.

S’inspirer des bons exemples

Six Etats membres, à savoir la Côte d’Ivoire,  l’Ethiopie, la Mauritanie, La Maurice, le Sénégal et la Zambie ont reçu les compliments du CTS pour avoir  effectivement utilisé le rapport type adopté lors de la deuxième réunion du Comité Technique Spécialisé de décembre dernier.

Pas en revanche une seule bonne note pour la RDC représentée par sa Ministre du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou.

Le pays de Joseph Kabila figure donc parmi les mauvais élèves en matière d’autonomisation de la femme. Il  doit fournir des efforts pour changer la donne. Ce, en s’inspirant du bon exemple des autres pays africains.

Pour rappel, la   réunion Ministérielle de l’Union Africaine sur l’égalité de Genre et l’autonomisation des femmes, lors de sa session de mars 2018,  tenue en marge des travaux de la 62ème session de la Commission de la Condition de la Femme à New York, a validé l’organisation de ce 3ème Comité Technique Spécialisé.

Celle-ci a été précédée des travaux des experts issus des Ministères en charge du Genre des différents Etats Membres de l’Union Africaine.

Durant trois jours, les experts ont planché sur plusieurs documents, à savoir, la nouvelle Stratégie de l’Union africaine en matière de genre ; le rapport d’évaluation de la Politique Genre de l’Union Africaine 2009 ; les Rapports 2017 de la Déclaration solennelle sur l’égalité entre les hommes et les femmes en Afrique (SDGEA) et le Fonds pour les Femmes africaines et les plateformes politiques de la Direction Femmes, Genre et Développement.

Les travaux ont également porté sur le passage en revue du rapport combiné 2017 de la mise en œuvre de la Déclaration solennelle des Chefs d’Etat sur l’égalité entre les hommes et les femmes en Afrique (SDGEA), adoptée en juillet 2004.

Robert Djanya

Charger plus d'articles connexes
Load More By Alternance
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Candidat du FCC: Et si Joseph Kabila tenait compte du point de vue de la population ?

La question de la succession de Joseph Kabila a finalement été évoquée officiellement par …