Home Sécurité Guerre d’agression : La SADC pour succéder à la force régionale de l’EAC?

Guerre d’agression : La SADC pour succéder à la force régionale de l’EAC?

7 min read
0
3

Le sous chef d’état-major des Forces armés de la République démocratique du Congo (FARDC) en charge des opérations et du renseignement, le général-major Jérôme Chicco Tshitambwe a bouclé sa tournée dans quelques pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe(SADC). Il a fait la restitution mardi 21 février 2023 à Kinshasa, au service de communication et d’information de l’armée (SCIFA), des échanges avec ses différents interlocuteurs des pays visités.

Il s’est voulu rassurant sur la détermination et la capacité de l’armée loyaliste à mettre fin à la guerre d’agression imposée à la République démocratique du Congo par le Rwanda sous couvert des terroristes du M23.

Face à l’inefficacité de la force régionale de la communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC) déployée dans l’Est pour lutter contre les groupes armés dont le mouvement terroriste M23, la RDC semble vouloir se tourner vers la SADC.

C’est ce qui justifierait la tournée effectuée par le général-major dans certains pays de la région. Ce dernier a pris le soin de rappeler que « cette organisation nous avait beaucoup aidé à l’époque où nous avons connu la première guerre d’agression ».

Il a affirmé que « nous gardons de très bons souvenirs avec nos partenaires de la SADC et eux aussi nous portent à cœur ».

Un partenaire fiable

Le sous chef d’état-major des FARDC en charge des opérations et du renseignement a laissé entendre que, « nous allons voir à quelle mesure faire des progrès sur le plan des opérations ».

Lire aussi RDC: Félix Tshisekedi mécontent de la posture prise par Force régionale de l’EAC

D’après le SCIFA, l’armée congolaise table sur le renforcement des relations au niveau de la SADC.

« Avec les efforts du Commandant suprême, lesquels ont conduit à ce que les sanctions auxquelles nous étions injustement victimes ont été levées. Nous sommes dans une phase où nous devons essayer de renforcer nos relations aux niveaux régional avec la SADC et au niveau bilatéral avec quelques pays de la région pour essayer de voir comment nous ouvrir à d’autres horizons faisant appel à nos différents partenaires régionaux. C’est pourquoi je suis parti voir nos partenaires. Nous avons eu des bons contacts qui produiront leurs fruits d’ici là », a déclaré le général-major Jérôme Chicco Tshitambwe.

Des faits d’armes notables

Se voulant optimiste sur l’issue de la guerre d’agression qui fait toujours rage dans le Nord-Kivu, le patron des opérations des FARDC a assuré que « la guerre contre le Rwanda, nous allons l’emporter, tous ces territoires conquis par ce dernier seront repris sans aucune forme de négociation… ».

Lire également Il y a 25 ans, le rwandais James Kabarebe devenait chef d’état-major des FARDC

Venant d’un officier supérieur qui a la situation du front en temps réel et surtout qui est un des interlocuteurs privilégiés de la force régionale est-africaine, ces assurances sont à prendre très au sérieux.

Pour la petite histoire, après le déclenchement de la deuxième guerre du Congo (1998-2003), le président Laurent Désiré Kabila fit appel à l’armée zimbabwéenne.

Six ans plus tard, les pays de la SADC avaient proposé une assistance militaire à la RDC pour faire face au drame sécuritaire dans l’Est. A chaque fois, les résultats ont été positifs.

De quoi pousser un spécialiste en stratégies militaires à soutenir que « le Rwanda a peur des armées de la SADC ».
Jean Perou Kabouira

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Equateur : OLPA s’ inquiète de la convocation de deux journalistes au Parquet de Mbandaka

Kinshasa, le 18 juillet 2024. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA),…