Home Politique RDC: Félix Tshisekedi remet l’église catholique au milieu du village

RDC: Félix Tshisekedi remet l’église catholique au milieu du village

11 min read
0
0

Des hommes de Dieu réduits à des prédicateurs privés et qui affichent ostentatoirement leur afiliation à un camp politique au détriment de la cohésion sociale, le chef de l’État dit niet. Invité à la célébration du jubilé d’argent de monseigneur Emmanuel Bernard Kasanda, évêque du diocèse de Mbuji-Mayi, dimanche 25 juin 2023, Félix Antoine Tshisekedi a haussé le ton contre cette tendance, que l’on observe particulièrement dans le chef de certains évêques catholiques.

Depuis l’indépendance de la République démocratique du Congo, l’église catholique a la réputation d’être proche du peuple dont il défend la cause. A ce titre, elle a de temps en temps exercé une pression sur le pouvoir.

Malheureusement, depuis un temps, certains prélats catholiques se sont éloignés de cette voie et ont fait allégeance à un camp politique bien identifié .

Dans son discours tenu en présence d’une foule immense et du président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), monseigneur Marcel Utembi, le chef de l’État a rappelé la place de l’église au sein de la Nation.

«Permettez-moi également monseigneur, de remercier et de rendre hommage à monseigneur Marcel Utembi, ici présent, pour son discours et ses mots aimables et encourageants à mon endroit et à l’endroit de l’Etat congolais. Oui, monseigneur Marcel, je crois aussi que l’Etat et l’église, particulièrement l’église catholique, ont l’obligation, je dis bien l’obligation, et le devoir de collaborer, de marcher ensemble. Et c’est peut-être ici l’occasion pour moi de tirer la sonnette d’alarme par rapport à une certaine dérive constatée au sein de l’église catholique, une dérive que je qualifierais de dangereuse surtout en cette année électorale. L’église doit être au milieu du village. Ici, je serai tenté de dire l’église doit être au milieu des Congolais, elle doit prêcher l’amour, l’unité et l’égalité. L’église doit accompagner toutes les filles et tous les fils de la République qui sont en politique de la même manière sans distinction aucune car il y va de la stabilité de notre cher pays », a expliqué Félix Tshisekedi.

Lire aussi

Sur un ton ferme, le président de la République, en sa qualité de garant de la Nation et de l’unité nationale, a mis en garde la branche politisée et radicalisée de l’église catholique.

« Mais il se fait que parmi vous, il y a malheureusement quelques personnes qui ont pris une tendance dangereuse qui risquerait de diviser notre nation. Entant que garant de l’unité de cette nation, je me sens obligé de dire que je n’accepterai jamais une telle dérive. Je continuerai parce que j’y crois, à entretenir les meilleures relations envers l’église en général et l’église catholique en particulier. Je ne lésinerai sur aucun moyen pour aider cette institution qui nous est si chère et qui est si chère à mon cœur, pour qu’elle se solidifie et qu’elle reprenne son combat que nous avons toujours admiré, le combat qui a fait de nous aujourd’hui des hommes et des femmes éduqués, remplis des valeurs. Oui, c’est grâce à cette église que je vais revoir, prendre le devant pour nous aider à relever ce Congo qui est malheureusement terrassé à cause des antivaleurs telle que la corruption, tel que le tribalisme, tel que le séparatisme, telle que l’impunité et j’en passe. Je sais que je peux compter sur vous et sur Dieu pour que cela demeure et soit toujours permanent, c’est-à-dire, une relation excellente entre l’église catholique et l’Etat », a-t-il déclaré.

Intransigeant sur la question de la sécurité nationale

Félix Tshisekedi a profité de l’occasion pour rassurer le peuple congolais sur le fait qu’il est et restera intransigeant sur la question de la sûreté et la stabilité du pays.

Lire également

« Je ne reculerai pas devant les menaces et les intimidations en tout genre(…) En revanche, je m’attaquerai sans hésitation, sans remord à tout congolais qui mettrait en danger la sécurité et la stabilité de notre pays peu importe ce que l’on en dira : violations de droits de l’homme, privation des libertés, je n’en démordrai pas parce que démocrate je suis, démocrate je resterai. Je n’ai aucune leçon à recevoir de qui ce soit dans ce domaine. J’ai la charge de protéger et de garantir le bien-être de tous les Congolais de quelque bord politique qu’il soit, religieux ou autre idéologique et donc, je ne lésinerai sur aucun moyen pour remplir ma mission du mieux que ce soit. C’est l’histoire et Dieu qui me jugeront », a juré le président de la République.

Ce, après avoir rappelé qu’il a passé quasiment les ¾ de sa vie à combattre aux côtés d’un grand homme, à savoir, Etienne Tshisekedi wa Mulumba d’heureuse mémoire.

« Cet homme, a-t-il indiqué, m’a appris l’amour du Congo et des Congolais et donc, je ne ferai jamais, au grand jamais, le fossoyeur du Congo et des Congolais ».

R. Djanya

Dans la même catégorie

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Equateur : OLPA s’ inquiète de la convocation de deux journalistes au Parquet de Mbandaka

Kinshasa, le 18 juillet 2024. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA),…