Home Economie PDL-145 T/Kasaï oriental : La délégation de l’IGF sur les sites des travaux dans les territoires de Tshilenge et Katanda

PDL-145 T/Kasaï oriental : La délégation de l’IGF sur les sites des travaux dans les territoires de Tshilenge et Katanda

9 min read
0
0

La délégation de l’Inspection générale des finances (IGF) au Kasaï Oriental pour le contrôle de l’exécution du Programme de développement local des 145 territoires poursuit sa mission. Après les séances de travail dans les bureaux à Mbuji-Mayi, place à la descente sur le terrain pour l’inspecteur général des finances, chef de service adjoint, Victor Batubenga Pandamadi, l’inspecteur général des finances, chef de brigade en charge des provinces, Rita Mandamuna et leur suite.

A cet effet, ils ont parcouru, mercredi 26 juillet 2023, plusieurs territoires de la province du Kasaï oriental où sont exécutés les travaux du PDL-145 T.

Ils ont visité notamment 8 sites situés à plus de 70 kilomètres de la ville de Mbuji-Mayi, le territoire de Tshilenge et le territoire de Katanda.

La colère des habitants de Tshilenge

Dans le territoire de Tshilenge, la délégation de l’IGF a constaté avec regret que, les habitants ont vandalisé un ouvrage en briques cuites du bâtiment administratif, exigeant que soit construit un bâtiment en blocs en ciment comme partout ailleurs à travers le pays.

Elle s’est arrêtée à la frontière entre les provinces du Kasaï oriental et de la Lomami où la route nationale n°1 est dans un état de délabrement avancé.


Les délégués de l’IGF ont relevé ça et là des éléments (explications, photos, vidéos et autres) sur l’avancée des travaux.

Lire aussi

Grand Kasaï : L’heure du jugement dernier a sonné!

« Il faut que les enfants étudient dans des bonnes écoles, il faut qu’il y ait à proximité ne fût-ce qu’un centre de santé, avant la prise en charge dans un grand hôpital. Ceux qui sont entrain de gérer les territoires doivent être aussi dans les bonnes conditions de travail, tel que le veut le chef de l’Etat Felix-Antoine Tshisekedi», à déclaré Victor Batubenga.

Évaluer la quantité des matériaux utilisés

Le chef de service adjoint de l’IGF s’est voulu optimiste sur la fin des travaux nonobstant la destruction par la population du bâtiment administratif en construction dans le territoire de Tshilenge et quelques zones à risque.

Il a estimé que dans le cadre de ce projet, la grosse zone à risque pour le trésor public c’est la possibilité pour les entrepreneurs de ne pas utiliser la quantité des matériaux qu’il faut.
« Il faut qu’on puisse évaluer la quantité des matériaux qui ont été utilisés», a-t-il préconisé.

Pour une bonne inspection des ouvrages, Victor Batubenga s’est réjoui de voir que l’IGF dispose en son sein, des inspecteurs ingénieurs en bâtiments bien outillés avec des instruments qui permettent de déterminer la qualité des ouvrages en construction.

« Nos inspecteurs ont été équipés des instruments qui leurs permettent de déterminer quelles sont les dimensions des armatures utilisées et la résistance du béton utilisé», s’est félicité Victor Batubenga.

Lire également

Privatisation du port de Matadi: plus de 10 mille agents de l’Ex-Onatra offerts en holocauste à Bolloré et MSC

De son côté, l’administrateur du territoire adjoint du territoire de Katanda, Jonas Ilunga Besa, qui a accompagné la délégation de l’IGF, a affirmé que les travaux avancent, en dépit de certaines contraintes.

« En général, les travaux évoluent bien. Sauf qu’il y a des endroits où les travaux n’ont pas avancé compte tenu de la conjoncture, car il y a eu hausse des prix des fournitures, des ciments dont le sac se négocie actuellement à 60 ou 65$», a-t-il expliqué.

Selon la cellule de communication de l’IGF, au niveau du village Bibanga où la route n’existe presque pas, la volonté des inspecteurs les a amenés jusqu’au barrage de ce coin pour voir comment l’électricité est servie à des foyers.

« A Manda, un autre village de Tshilenge, les travaux ont aussi évolué nonobstant les mêmes problèmes liées à l’acheminement des matériaux destinés à la construction, alors que dans le planning, toutes dispositions ont été prises pour contourné cette réalité. A l’école Primaire Kalenga, c’était aussi la même réalité qui attendait la délégation de l’IGF. Le constat est fait par les Inspecteurs qui ont fait des propositions utiles pour permettre aux élèves de ce coin du pays d’étudier dans des bonnes conditions dès la rentrée scolaire prochaine », rapporte-t-on.

Ce, avant de conclure qu’à l’issue d’une journée bien remplie à Tshilenge, qui est le plus grand territoire du Kasaï-Oriental et dans le territoire de Katanda, la délégation de l’IGF a traversé la rivière Lubilanji pour regagner la ville de Mbuji-Mayi.

JPK avec Cellcom IGF

Dans la même rubrique

Gestion orthodoxe des fonds des IX èmes Jeux de la Francophonie : Isidore Kwandja salue l’apport de l’IGF

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: Le gouvernorat de Kinshasa au centre d’une bataille entre Turcs et Indo-Pakistanais

A quelques heures de la fermeture des Bureaux de réception et de traitement des candidatur…