Home Nation Guerre d’agression: Des sujets rwandais se partagent de parcelles dans la zone occupée

Guerre d’agression: Des sujets rwandais se partagent de parcelles dans la zone occupée

6 min read
0
0

L’alerte a été lancée par la société civile de Kibumba, en territoire de Nyirangongo occupé depuis plus de deux ans par les terroristes de la coalition RDF/M23. Elle accuse les occupants de se procurer des titres fonciers pour rester propriétaires terriens même après libération de la zone occupée.

Dans un article publié le 26 février dernier par alternance.cd, un analyste appelait les autorités congolaises à ouvrir les yeux sur le secteur foncier. Il s’inquiète particulièrement de l’acquisition par des étrangers, de grandes concessions dans plusieurs provinces, y compris à Kinshasa.

Il a établit un lien entre l’acquisition des vastes étendues de terre par des étrangers et l’occupation d’une partie des territoires de Masisi, Rutshuru et Nyirangongo par les terroristes de la coalition RDF/M23.

"L'histoire de notre pays renseigne que des peuples étrangers venus notamment du Rwanda et de l'Ouganda se sont installés sur la plaine de la Ruzizi, d'abord comme de simples bouviers en quête des espaces de pâturage. Ils se sont petit à petit intégrés et ont fini par acquérir légalement des vastes terrains auprès des différents chefs ou Mwami Lenge de Lemera dans la plaine de la Ruzizi, Bigiri de Masisi, Munyaga de Fizi, Malekani de Kipupu etc. Ce, en échange parfois de quelques vaches. Avec le temps, d'autres ressortissants de mêmes peuples étrangers ont acquis des espaces dans les chefferies et territoires voisins à telle enseigne qu'une majeure partie des territoires de Rutshuru, Masisi et Nyiragongo, Finistère,…appartient à ces étrangers qui ont été aidés par leurs frères placés dans les institutions politiques à Kinshasa, dans l'obtention des titres fonciers légaux. Du coup, on se retrouve dans une situation où des peuples autochtones tels que les Bembe, Fuleru, Vira, Hunde, Buyu, Nande et bcp d'autres ne sont plus propriétaires terriens car ils les ont vendus aux étrangers qui en détiennent les titres fonciers", a expliqué Me Claude Kabi Batasema.

Les informations en provenance de Kibumba certifient cette analyse. En effet, d’après la société civile de cette partie du territoire de Nyirangongo sous occupation rwandaise, font état de la vente de parcelles aux sujets rwandais par des autorités coutumières locales.

« Vous devez savoir qu’il n’y a plus de limites entre le Rwanda et la RDC actuellement dans ces zones. C’est pourquoi étant l’acteur principal de la rébellion qui dérange la RDC, le Rwanda est en train d’envoyer même ses enfants pour venir occuper des champs des congolais. Actuellement il y a des ventes des champs et des parcelles notamment à Kibumba et Buhumba », a révélé un membre de la société civile de Nyiragongo.

Selon un cadre de l’administration des Affaires foncières, des titres fonciers acquis pendant la période d’occupation pourront être annulés. Sauf que la plupart de ces documents seraient anti datés.

C’est dire que même après la libération de Kibumba et d’autres ozones occupées par les terroristes de la coalition RDF/M23, beaucoup de parcelles resteront de propriétés des sujets rwandais.

Jean Pérou Kabouira

LIRE AUSSI Guerre d’agression : Pourquoi ne pas durcir les conditions d’acquisition de terres congolaises par des étrangers ?

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le Syeco plaide auprès de Judith Suminwa pour la bonne gouvernance des fonds alloués à l’EPST

La première ministre, Judith Suminwa Tuluka, poursuit ses consultants en vue de la formati…