Home Société Maluku: Ils risquent leur vie pour les champs

Maluku: Ils risquent leur vie pour les champs

4 min read
0
0

La situation sécuritaire tarde à s’améliorer dans plusieurs coins de la commune de Maluku. Alors que des affrontements sont de temps en temps signalés entre l’armée et des miliciens Mobondo, de fermiers qui ont quitté leurs champs depuis plusieurs mois ont décidé d’y retourner. Alternance.cd les a rencontrés.

On le sait, l’insécurité créée par la milice Mobondo qui a ressurgi à la suite du conflit ethnique Teke-Yaka dans le territoire de Kwamouth, province du Mai-Ndombe, s’est propagée dans tout le grand Bandundu et dans une partie de Maluku, plus grande commune de Kinshasa.

Des villageois et fermiers ont tout abandonné leurs villages et champs après les tueries enregistrées ça et là à travers le plateau de Bateke.

Mais seulement, certains d’entre eux qui ont fui dans d’autres communes de Kinshasa n’en peuvent plus. Jugeant la vie là-bas intenable, ils ont décidé de retourner dans leurs milieux de vie naturels.

« La vie est très difficile depuis que je suis venue ici avec mes enfants. Nous achetons tout, de l’eau au médicament en passant par la nourriture alors que nous n’avons rien comme activité génératrice. Personne ne nous vient en aide», s’est plaint la veuve et mère de cinq orphelins dont le mari a été tué par de miliciens Mobondo.

Hébergée dans une famille dans la commune de la N’sele, elle a plié babages pour retourner son village situé dans le groupement Mbakana.

Propriétaire d’un vaste champ situé à Ndaku ya pembe, Gilbert Nzale a décidé d’y retourner pour dit-il, sauver ce qui peut l’être pour « éviter de mourir affamé ici à Kinshasa ».

Pour ce retour dans son village, il lui a fallu s’armer du courage et de la détermination étant donné que son épouse et ses enfants ont refusé de le suivre.

Comme lui, de nombreux chefs de familles ont dû prendre la décision radicale aux conséquences tragiques de retourner pour tenter de recommencer la vie après avoir tout perdu.

Lire aussi Sécurité : Check-point de la N’Sele à l’entrée de Kinshasa, plutôt un péage !

Entre temps, la sécurité n’est pas encore de retour dans la quasi-totalité des zones touchées par les violences dans la commune de Maluku.

A titre illustratif, au village Muluono, situé dans le groupement de Mbakana, des miliciens Mobondo imposeraient leur loi depuis plus d’un mois.

Ruth Loliki Bardos

Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

La corruption de l’élite congolaise : Un véritable cancer !

Tribune de François Ndjeka Wandja Une révolution philosophique s’avère aujourd’hui plus qu…