Home Nation Lutte contre les violences sexuelles : La Comtesse de Wessex et un ministre d’Etat britannique émerveillés par le travail du Dr Mukwege

Lutte contre les violences sexuelles : La Comtesse de Wessex et un ministre d’Etat britannique émerveillés par le travail du Dr Mukwege

11 min read
0
0
fardc 1 min

La Comtesse de Wessex, en visite en République Démocratique du Congo, une première historique pour la famille royale britannique, a visité, ce mardi 4 octobre 2022, la Fondation Panzi et l’hôpital général de Panzi, dirigés par le Docteur Denis Mukwege à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Elle a rencontré de femmes victimes de violences sexuelles à qui elle a transmis un message d’espoir.

Accompagnée du ministre d’Etat britannique en charge de l’Asie du Sud et du Commonwealth, Lord Tariq Ahmad, baron Ahmad de Wimbledon, la belle-sœur du roi Charles III effectue cette visite pour préparer la Conférence internationale sur la prévention de la violence sexuelle dans les conflits, prévue en novembre prochain à Londres.

Lord Ahmad a, dans son intervention, témoigné de son admiration à l’égard du Dr Denis Mukwege, « qui a toujours mis sa vie à risque » pour servir l’humanité, notamment en réparant les femmes victimes de violences sexuelles.

Il a soutenu que, la meilleure manière de lui rendre l’ascenseur consiste à servir l’humanité.

« Le prix Nobel que vous avez reçu quelques années plutôt, est juste une reconnaissance pour le travail important que vous avez toujours fait. Mais ce que vous avez créé ici à l’hôpital de Panzi, aujourd’hui, nous avons vécu et expérimenté beaucoup de choses avec Son Altesse à l’hôpital de Panzi, aujourd’hui, nous avons vécu et expérimenté beaucoup de choses…Nous avons beaucoup appris par rapport au travail de l’hôpital de Panzi à partir des médecins, praticiens ou ceux là qui servent les bénéficiaires », a déclaré, avec admiration, le ministre d’Etat britannique en charge de l’Asie du Sud et du Commonwealth.

Une affaire de toute la communauté

Ce ministre britannique, chargé également par la Première ministre britannique d’être son représentant spécial pour la prévention des violences sexuelles dans les conflits, a tenu à souligner que le rôle de la lutte contre les atrocités de violences sexuelles et basées sur le genre incombe non seulement au Dr Denis Mukwege et à Son Altesse Royale la Comptesse de Wessey, mais aussi à toute la communauté.

« Aux auteurs de ces atrocités, pensez-vous que ce que vous faites est un acte de bravoure ? Vous êtes les pires des humains qui existent sur cette terre. Et lorsque vous agissez ainsi, il faut considérer que vous êtes en train de faire pour votre propre mère, votre propre sœur…», a-t-il soupiré, très ému à la découverte d’une fille de 4 ans, qui a été « abîmée » par de violeurs.

Lire aussi Les 5 pays membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU: Une arme fatale de Kinshasa contre Kigali

Baron Ahmad de Wimbledon a pris le soin de préciser que « cette relation qu’il y a entre Dr Denis Mukwege et la Grande-Bretagne date de plus de dix ans » et que, l’importance de cette relation est de se rassurer que « partout au monde, pas seulement en RDC », il y ait une lutte pour arrêter les atrocités des violences sexuelles.

« Je suis aussi fier d’avoir travaillé avec Dr Mukwege sur le Fonds global de réparation et je suis sûr que nous allons continuer puisque ces courageuses survivantes et victimes des violences sexuelles sont des personnes que nous ne devons pas abandonner. Nous devons jouer notre rôle et les aider à reconstruire leurs vies. Et c’est important que ces étapes soient prises de manière sérieuses. Notre accueil ici en RDC ce qui est important c’est de nous rassurer que ce travail continue », a rassuré le Ministre d’Etat britannique en charge de l’Asie du Sud et du Commonwealth.

Le double message de la Comtesse de Wessey aux rescapées de violences et à leurs bourreaux

La comtesse de Wessex a, d’après le Dr Denis Mukwege, par sa présence à la Fondation et à l’hôpital général de Panzi, transmis un puissant message, « envers les victimes qui leur dit: vous n’êtes pas oubliées » et, aux bourreaux que « leur crime ne restera pas indéfiniment impuni ».

Lire également Présidentielle 2023: FCC, Kabila ou personne?

A l’occasion, le médecin directeur de l’hôpital général de Panzi a remercié le Gouvernement britannique, révélant avoir avec lui « une discussion prometteuse sur l’initiative de la ligne rouge contre les violences sexuelles dans les conflits ».

Et au Prix Nobel de la Paix 2018 de demander au représentant spécial de la Première ministre britannique de transmettre au gouvernement et au peuple du Royaume Uni, ses remerciements pour leur soutien sans relâche à son combat contre les violences sexuelles.

« L’empreinte du Royaume Uni est visible ici à Panzi, que ce soit par le truchement du Fonds Global pour les Survivantes ou tout simplement via la construction du bâtiment qui abrite notre service d’hospitalisation des victimes des violences sexuelles. Ce bâtiment a inauguré il y a déjà 15 ans par le Secrétaire d’Etat au développement, Mr Hilary Benn », a rappelé Dr Denis Mukwege.

Dans la même catégorie Avec l’appui de la Fondation Panzi: La Cour d’appel de Bukavu organise des audiences foraines sur 21 dossiers des violences sexuelles à Kabare

L’épouse du prince Edward et le ministre d’Etat Lord Ahmad de Wimbledon ont donc quitté la Fondation et l’hôpital général de Panzi avec une profonde admiration pour Dr Denis Mukwege et toutes ses équipes.

Ce, rappelons-le, après avoir passé du temps avec des victimes des violences sexuelles qui suivent le processus de réinsertion sociale au sein de la Fondation Panzi.

Robert Djanya

PUBLICITÉ 
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Journée internationale de lutte contre la corruption : Jules Alingete s’enthousiasme du travail de l’IGF

L’humanité célèbre ce samedi 9 décembre 2023, la journée internationale de lutte con…