Home Nation 10 è journée d’échanges citoyens: l’IGF engage les jeunes des partis politiques dans la lutte contre la corruption

10 è journée d’échanges citoyens: l’IGF engage les jeunes des partis politiques dans la lutte contre la corruption

8 min read
0
0

L’Inspection générale des finances poursuit ses échanges citoyens avec différentes couches sociales. Vendredi 5 avril 2024, à l’occasion de la dixième journée, la hiérarchie de l’IGF a été face aux jeunes des partis politiques.

Thème choisi: « l’impératif de la lutte contre la corruption engagée par le président de la République ».

L’inspecteur général des finances, chef de service, Jules Alingete, accompagné de son adjoint, Victor Batubenga ainsi que de l’inspecteur général des finances et coordonnateur, Herman Iyeleza, a démontré à l’assistance le bien-fondé de l’IGF.

Il a présenté notamment ses missions d’organisation et son fonctionnement, son mode d’opération en tant qu’organe supérieur de contrôle des finances publiques placé sous la tutelle du président de la République.

Il a mis en exergue les trois modes de contrôle auxquelles recourt l’IGF dans la lutter contre les détournements. Il s’agit des contrôles a priori, concomitant et a posteriori.

Jules Alingete a accompagné ses explications des exemples dont les résultats produits depuis la redynamisation de l’IGF.

"Au cours de ces différentes interventions ayant donné lieu, dans la partie interactive, à des échanges somme toute enrichissants, Jules Alingete a exhorté ces jeunes des différents partis politiques de la majorité comme de l'opposition à tourner le dos aux mauvaises pratiques de leurs aînés qui ont brillé par la corruption au détriment du pays qui n'en a tiré aucun bénéfice. La haute direction de l'IGF a aussi établi la frontière existant entre la période d'avant et l'après redynamisation de l’IGF par le chef de l’Etat, avec à la clé les progrès réalisés qui ont contribué à redonner une image plus reluisante de cette institution qui n'existait autrefois que de nom", rapporte la cellule de communication de l'IGF.

La CAN 2029 et les 15 è Jeux Africains 2031 en RDC : les raisons d’y croire

Force est de constater, comme l’a souligné Jules Aligente, une amélioration dans le comportement des gestionnaires relevant que l’IGF s’érige en redresseur de torts.

De progrès notables

Bien que c’est encore insignifiant mais au niveau du classement de la lutte contre la corruption, le pays a effectué un bond en avant. Ce qui n’est pas peu dire.

A en croire le numéro un de l’IGF, la RDC dans l’Indice de perception de la corruption (IPC) de l’ONG Transparency International pour l’année 2023 est passée de la 172e position en 2019, à la 162e en 2023, gagnant ainsi 10 places dans ce classement mondial.

La RDC gagne 4 places dans l’indice de perception de la corruption : Transparency international salue l’apport de l’IGF

Cette progression est à mettre au crédit de l’intensification des efforts anti-corruption déployés par l’IGF depuis l’accession de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême.

"Le chef de service de l’IGF a appelé les jeunes des partis politiques à ne pas prendre pour modèles les mauvais actes de corruption dans lesquels beaucoup de leurs aînés se sont illustrés. Et les a appelés à travailler pour une génération "zéro corruption" afin de contribuer à implémenter la bonne gouvernance afin de garantir un avenir radieux au pays", poursuit la cellule de communication de l'IGF.

Comme parlant d’une seule voix, Jules Aligente, Victor Batubenga et Herman Iyeleza ont invité toute la jeunesse des partis politiques présents à appliquer la vision du président Félix Antoine Tshisekedi dans le cadre de la lutte contre la corruption et à accompagner le gouvernement qui va être mis en place incessamment, afin de donner le meilleur résultat particulièrement dans le domaine des finances publiques.

Jules Aligente a justifié le choix des jeunes des partis politiques par le fait qu’ils prendront les rênes du pays dans le futur et que c’est sur eux que repose le Congo de demain, qui devra être dirigé par des hommes et des femmes suffisamment outillés afin de tordre le cou à la corruption et aux détournements des deniers publics.

Pour le superflic des finances publiques, nombreux sont les gestionnaires des finances publiques réfractaires à la bonne gouvernance. Ce, a-t-il précisé, car ils sont focalisés sur le mal et leur redressement ne sera jamais chose aisée.

Junior Lomanga

Tshisekedi face à la jeunesse: Ces « jeunes » là vraiment!
Load More Related Articles
Load More By Admin
Load More In Nation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

RDC: le combat de dignité du Dr Denis Mukwege en faveur de la femme congolaise à travers la réparation de la fistule et du prolapsus dans des villages enclavés

Dans les contrées reculées et les villages isolés de la République démocratique du Congo, …